AYARI Mouna

Docteur
Équipe : Phare
Date de départ : 15/05/2009
Direction de recherche : Guy PUJOLLE

Architecture de gestion décentralisée de la qualité de service par politiques dans les réseaux ad hoc

Avec l'émergence de la technologie WiFi ces dernières années, les réseaux locaux sans fil et plus particulièrement les réseaux ad hoc connaissent un grand succès. La communication dans les réseaux ad hoc mobile est basée sur la capacité des n?uds à se communiquer directement entre eux à travers le medium radio sans l'intervention de stations de base ou de points d'accès centralisés. Par rapport aux réseaux filaires, cette conception présente plus de flexibilité en terme de déploiement. Cependant, elle introduit de nouvelles spécifications: le changement dynamique de la topologie du réseau en fonction du temps, l'absence d'entité de contrôle, l'hétérogénéité des n?uds, la bande passante limitée, le partage des ressources, le manque des informations sur l'état global du réseau, etc. Dans un tel contexte, les concepteurs de solutions de gestion de qualité de service doivent faire face à un comportement dynamique de l'environnement du réseau ad hoc, aux contraintes de service, de besoins des applications, et à l'instabilité et la limitation des ressources réseaux. Nous signalons ainsi le besoin d'une approche de gestion adaptative fonctionnant d'une manière autonome. Dans cette thèse, nous proposons une architecture de gestion autonomique de la qualité de service par politiques dans les réseaux ad hoc : ADMA (Autonomous Decentralized Management Architecture). L'objectif de notre approche est de mettre en place, un système auto-géré, dynamique et adaptatif. Nous avons associé à cet effet les caractéristiques du système de gestion par politiques avec la propriété d'auto-configuration des réseaux autonomiques. Dans notre solution, chaque noeud ad hoc se dispose d'un composant responsable sur la prise de décision et d'un moniteur rapportant les événements qui peuvent se produire, les changements des paramètres de configuration et l'état des ressources gérées. Aucun noeud ad hoc ne possède une vision complète ou globale du réseau et les décisions seront prises d'une manière totalement décentralisée. Ces décisions respectent des politiques prédéfinies par l'administrateur du réseau. Ces politiques sont répliquées dans tous les n?uds du réseau ad hoc. Nous en avons distinguées quatre classes : politiques de configuration, de reconfiguration, de surveillance et méta-politiques.    Nous proposons également un nouveau protocole de gestion par politiques fonctionnant en mode pair-à-pair décentralisé: DPMP (Distributed Policy Management Protocol). Notre protocole permet d'assurer deux services : la distribution des politiques dans le réseau ad hoc et la collecte d'information d'état du n?ud et son environnement. Il permet également l'interaction entre les différents composants de notre architecture ADMA. L'évaluation de notre proposition porte sur deux volets : la vérification formelle et les simulations. La modélisation et érification formelles nous ont permis de valider la conception du protocole DPMP par rapport à sa spécification. Nous avons utilisé les simulations afin d'évaluer les performances du protocole DPMP et observer le comportement de notre architecture dans le cas d'une application temps réel : la transmission de la voix sur IP.
Soutenance : 11/05/2009 - 10h00 - Site Passy-Kennedy - salle 549
Membres du jury :
CHAHED Tijani (Telecom et Management SudParis, rapporteur
YOUSSEF Habib (Institut Sup. d'Informatique et des Technologies de Communication, Sousse), rapporteur,
DEMEURE Isabelle (TELECOM Paris Tech), rapporteur,
EISENMANN Pierre, Hop Networks, Incubateur TELECOM Paris Tech, examinateur
KAMOUN Farouk (Université de la Manouba, Tunisie), co-directeur
PUJOLLE Guy, LIP6, co-directeur

1 Docteur 2016

Publications 2008-2018

 Mentions légales
Carte du site |