Le second prix de la recherche en système attribué par l'ASF décerné à Nicolas Geoffray.

Le second prix de la recherche en système attribué par l'ASF décerné à Nicolas Geoffray.

Nicolas Geoffray a fait sa thèse de doctorat dans l'équipe REGAL commune entre le LIP6 et l'INRIA sous la direction de Bertil Folliot et Gaël Thomas.
Cette quatrième édition de la remise du prix a eu lieu lors de la conférence française sur les systèmes d'exploitation (ComPAS/CFSE 2013).

L'ASF a décerné un "Prix de la recherche en système". Cette quatrième édition de la remise du prix a eu lieu lors de l'édition 2013 de la conférence française sur les systèmes d'exploitation (ComPAS/CFSE 2013) qui s'est tenue du 15 au 18 janvier 2013 à Grenoble. Le second prix a été attribué à Nicolas Geoffray pour sa thèse "Fostering Systems Researh with Managed Runtimes". Nicolas Geoffray a fait sa thèse de doctorat dans l'équipe REGAL commune entre le LIP6 et l'INRIA sous la direction de Bertil Folliot et Gaël Thomas.

Comme elle l'avait fait en 2001, 2003, et 2006, l'ASF a décidé de décerner un "Prix de la recherche en système". Cette quatrième édition de la remise du prix a eu lieu lors de l'édition 2013 de la conférence française sur les systèmes d'exploitation qui s'est tenue du 15 au 18 janvier 2013 à Grenoble. Les deux prix 2013, d'une valeur de 2000 Euros, sont sponsorisés par Orange et l'ASF.

Le choix a été a été particulièrement difficile cette année, neuf thèses étaient en compétition. Au terme de débats nourris qui ont amené à souligner l'excellente qualité de tous les dossiers examinés, deux thèses de très grande qualité se sont détachées. Le jury a décidé d'attribuer le premier prix à Anne-Cécile Orgerie pour sa thèse "An Energy-Efficient Reservation Framework for Large-Scale Distributed Systems" et le second prix à Nicolas Geoffray pour sa thèse "Fostering Systems Researh with Managed Runtimes".

Anne-Cécile Orgerie a fait sa thèse de doctorat à l'ENS Lyon sous la direction de Isabelle Guérin-Lassous et Laurent Lefèvre. Son travail porte sur l'efficacité énergétique dans les systèmes largement distribués. Sa thèse présente une plate-forme de réservation de ressources, appelée ERIDIS, visant à réduire globalement la consommation énergétique. ERIDIS est appliqué aux Grilles, au Cloud (IaaS), et aux réseaux de communication point à point. Sa dissertation propose un modèle très solide de consommation de ressources pour les systèmes distribués et est validée par de nombreux résultats expérimentaux. Chacun des trois cas étudiés repose sur des résultats basés sur des traces d'exécution réelles.

Le comité a particulièrement apprécié la qualité d'écriture de la thèse. Le but et les arguments sont parfaitement limpides, et la structure du document est très homogène et logique. Le chapitre d'état de l'art est exceptionnellement facile à lire et rigoureux. La thèse adresse un problème fondamental dans les systèmes distribués large échelle de façon très compréhensible et considère tous les facteurs influençant la consommation énergétique: la consommation énergétique des composants électronique, les systèmes de refroidissement etc... La thèse arrive à la fois à être large et focalisée en considérant des domaines totalement différents et en les examinant tous avec un but et un point de vue commun. Ce travail a donné lieu a plusieurs publications ayant déjà un impact important, comme leur grand nombre de citations l'atteste.

Nicolas Geoffray a fait sa thèse de doctorat dans l'équipe REGAL commune entre le LIP6 et l'INRIA sous la direction de Bertil Folliot et Gaël Thomas. Sont travail s'intéresse aux machines virtuelles langage, lesquelles sont bien connues pour apporter portabilité, sûreté et productivité aux applications et aux concepteurs système en abstrayant les spécificités du système d'exploitation et de l'architecture. Dans sa dissertation, Nicolas Geoffray a introduit une boîte à outil générique, VMKit, ayant un rôle de substrat pour facilité le développement de machines virtuelles langage de haut niveau. VMKit a été utilisé pour construire une machine virtuelle Java et une machine virtuelle .Net.

Le comité a particulièrement apprécié la qualité de la contribution de recherche et son potentiel pour avoir un fort impact dans la communauté système. Sa dissertation aborde une grande variété de thèmes langage et système, incluant la gestion mémoire, les ramasse-miettes, le multi-tâche, la compilation, lesquels sont tous liés aux machines virtuelles langage et sont présentés dans un contexte de recherche remarquablement cohérent. Ce travail a demandé un travail considérable de conception et de mise en oeuvre, et est appuyé par une évaluation expérimentale exhaustive. Ce travail a été publié dans des conférences de qualité et a un impact raisonnablement fort dans le monde académique à en juger par son nombre de citations.

L'ASF souhaite remercier à cette occasion le jury pour tout son travail, le comité d'organisation de ComPAS pour avoir accueilli la remise du prix, et enfin Orange pour son soutien financier.

Plus d'informations ici

Contact :Gaël Thomas

 Mentions légales
Carte du site |