KHIZAR Sadia

Docteur
Équipe : NPA
    Sorbonne Université - LIP6
    Boîte courrier 169
    Couloir 26-00, Étage 1, Bureau 120
    4 place Jussieu
    75252 PARIS CEDEX 05

Tel: 01 44 27 88 39, Sadia.Khizar (at) nulllip6.fr
https://lip6.fr/Sadia.Khizar

Direction de recherche : Marcelo DIAS DE AMORIM

Co-encadrement : CONAN Vania

Tirer profit des dispositifs mobiles au-delà de la périphérie afin de délester des tâches

L'omniprésence des dispositifs mobiles équipés d'une connectivité Internet et de systèmes de positionnement, qu'il s'agisse de véhicules, de téléphones mobiles, de smartwatches ou de bracelets de fitness, nous pousse à les considérer comme une ressource précieuse à exploiter. Dans cette thèse, nous abordons l'utilisation des dispositifs mobiles sous un nouvel angle. Nous considérons l'extension de la capacité du MEC en utilisant les ressources disponibles des dispositifs mobiles au-delà de la bordure du réseau d'infrastructure. L'objectif est de tirer parti de leurs ressources inexploitées pour traiter les tâches de calculs au profit du MEC de manière distribuée. Pour pouvoir s'appuyer sur des nœuds mobiles, il est fondamental que l'orchestrateur MEC soit capable de connaître son environnement d'exploitation. Par conséquent, le MEC a besoin d'estimer s'il dispose de suffisamment de ressources de calcul, de stockage et de batterie, mais également de déterminer durant combien de temps. Dans la première partie de la thèse, nous explorons la disponibilité temporelle des ressources au-delà du bord. Nous avons choisi d'étudier la co-localisation des terminaux et d'analyser leurs persistances dans une cellule. Puis, nous nous intéressons à l'allocation des tâches. Nous mettons l'accent sur l'aspect spatio-temporel en quantifiant les ressources qu'une cellule peut fournir pour effectuer une tâche MEC. Nous estimons le potentiel de tâches de calcul effectuées par les terminaux en fonction du temps de présence cumulé dans une cellule donnée et d'un délai d'achèvement donné. Les résultats permettent de déterminer les possibilités de décharger des tâches de calcul sur des dispositifs mobiles. En outre, ils permettent de connaître les emplacements où il est judicieux de délester les tâches et la durée des tâches pouvant être délestées. Par ailleurs, le MEC peut avoir une certaine assurance de disposer d'un nombre suffisant de dispositifs mobiles pour effectuer une tâche. Enfin, les résultats montrent la possibilité de réaliser des tâches supplémentaires en fonction de la tolérance face au délai d'exécution que le MEC est prêt à accepter.

Soutenance : 15/02/2022 - 14h30 - Campus Pierre et Marie Curie, salle Jacques Pitrat (25-26/105)

Membres du jury :

Nadjib Ait Saadi, Prof. Université Versailles Saint-Quentin [Rapporteur]
André-Luc Beylot, Prof. ENSEEIHT [Rapporteur]
Anne Fladenmuller, Prof. Sorbonne Université
Thi-Mai-Trang Nguyen, Assoc. Prof. Sorbonne Université
Vania Conan, DR Thales
Marcelo Dias de Amorim, DR CNRS

Publications 2019-2022